CESM – La marine en guerre 1914-1918

La date du 11 novembre conjuguée au centenaire du début de la guerre de 14-18 forment aujourd’hui deux excellentes raisons d’honorer le souvenir des combattants disparus. Et en ce qui concerne ce blog et ses lecteurs, nous nous focaliserons bien évidemment sur la marine durant ce même conflit.

En règle générale, l’aspect naval du premier conflit naval passe souvent au second plan vis à vis de l’horreur des tranchées. La « faute » notamment à peu de batailles navales notables, à l’exception de celle du Jutland, qui se conclura…par un « match nul ». Quand à l’opération des Dardanelles, l’audace de l’idée ne sera dépassée que par la mollesse et l’improvisation dans l’exécution du plan. Churchill, alors premier lord de l’amirauté, y perdra sa place. La guerre des mines  aura d’ailleurs eu une place d’importance dans la défaite alliée.

La marine française en 1914-18, vieillissante et ne pouvant aligner des bâtiments tels que les super-Dreadnoughts britanniques

La marine française en 1914-18, vieillissante et ne pouvant aligner des bâtiments tels que les super-Dreadnoughts britanniques

Pourtant c’est aussi à cette époque que se concrétise la guerre sous-marine et la menace des U-Boote qui font des ravages dans les ravitaillements alliés. Mais cette chasse aveugle va rapidement décliner dès avril 1917 et l’entrée en guerre des USA qui établissent des convois. C’est également l’apparition des porte-avions dans le conflit avec la très nette domination de la Royal Navy dans ce domaine, quand bien même ce n’est pas la priorité de l’amirauté au regard des super-Dreadnoughts de la classe Queen Elizabeth. Et la Royale? Les français ne sont pas en reste contrairement aux clichés en vigueur. Si le « match » principal voit s’affronter la Royal Navy et la Kaiserliche Marine, la marine française, déclinante au début des hostilités et dont le plan de modernisation ne date que de 1912, a faire à fort pour conserver les liaisons avec l’empire colonial. Ne serait-ce que pour assurer le transport des troupes des colonies dans la métropole. Il reste aussi des épisodes plus méconnus, comme le sauvetage des arméniens en 1915 ou la défense du canal de Suez contre les turcs la même année par le croiseur D’Entrecasteaux.

Le croiseur de 1ère classe D'Entrecasteaux lancé à la fin du 19ème siècle, il sera désarmé en 1922.

Le croiseur de 1ère classe D’Entrecasteaux lancé à la fin du 19ème siècle, il sera désarmé en 1922.

 

Et pour continuer sur cette exploration de la guerre navale de 1914 à 1918, vous pouvez lire les actes du colloque organisé par le CESM en juin dernier. Le fait naval y est abordé sous ses diverses formes, ainsi que ses origines et ses conséquences, qui seront lourdes pour l’après-guerre.

A lire:

Chronologie navale de la 1ère guerre mondiale.

La présence navale française dans le pacifique 1914-1918.

– Les héros maritimes français de la 1ère guerre mondiale.

Les camouflages maritimes de 1914 -18.

Publicités


Catégories :Classiques, Presse

Tags:, , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :