LIVRE – « Boué de Lapeyrère (1852-1924) : l’amiralissime gascon »

le_ministre_gauthier_et_lamiral_-agence_rol_btv1b69299647

Curieux titre régionaliste pour cette première biographie en français de l’amiral Boué de Lapeyrère. L’ouvrage de Jean-Philippe Zanco, déjà auteur d’un volumineux « Dictionnaire des ministres de la Marine 1689-1958 » s’inscrit tout simplement dans la collection « 100 figures de Gascogne ». Il est vrai que ses origines éloignées des côtes de France semblent rajouter du pittoresque [1] à un personnage déjà atypique en soi, dernier sorti de l’école navale devenu plus jeune amiral de son temps.

D’autant que « l’amiralissime » a une carrière couvrant une période charnière de la marine et par extension de la France. Après une formation laborieuse à l’école navale et diverses affectations où il donne satisfaction, l’officier fera ses preuves « au feu » durant la guerre franco-chinoise. Il reste en Extrême-Orient durant toute la durée du conflit (1881-1885) où il s’illustra à plusieurs reprises. De retour en Europe où il occupe des postes de commandement à la mer et confirme sa réputation acquise en Asie, il devient contre-amiral en 1902 et continue durant cette première décennie du 20ème siècle à mener les hommes et les navires.
Puis en 1909 c’est une première incursion rue Royale au ministère de la Marine, il faut alors faire avec les errements passés de la jeune école, les budgets à la baisse, et les nombreux remous politiques de la troisième république. Pendant les trois ans qu’il sera en poste, il poursuit tant bien que mal la modernisation de la flotte. Jusqu’en 1911, où nommé à la tête de la future première armée navale, il mène conjointement avec les anglais une remise à niveau des navires et des équipages en méditerranée. Puis c’est la guerre, Boué de Lapeyrère devient commandant en chef interallié et remporte quelques victoires… mais aussi beaucoup de revers. Sa prudence, son manque de méfiance envers l’arme sous-marine et ses choix stratégiques lui valent des critiques allant grandissant. Malade, il démissionne en octobre 1915 et quitte le service actif. Après avoir échoué en politique, il se retire dans son Gers natal et y décédera en 1924. Quelques années plus tard, en 1931, il est inhumé au Panthéon.

bio_1_75

Telle est la vie, et également le monde qui lui fut contemporain, que Jean-Philippe Zanco fait revivre durant moins de 200 pages. Si le volume peut paraitre faible, c’est aussi par un souci de l’auteur de se concentrer sur les faits, la vie de Boué de Lapeyrère ayant été assez peu documentée, et de ne pas verser dans l’hagiographie malgré la sympathie avouée envers le marin. Et si l’historien strict tiquera légèrement lors des rares interventions personnelles de l’auteur, l’ouvrage est un excellent portrait de l’amiral comme celui de son époque. La concision évoquée plus haut rend la biographie des plus agréables à lire et donne l’envie d’en savoir plus sur une période qui aura un lourd impact sur la marine de France qui ne s’en « relèvera » que dans l’entre-deux guerres… pour n’en chuter ensuite que plus durement.
C’est donc déjà un indispensable pour toute bibliothèque maritime et d’ailleurs une seconde édition sera sans doute bientôt nécessaire au vu du succès du bouquin. En fana de la chose navale, on ne s’en plaindra pas.

« Boué de Lapeyrère (1852-1924) : l’amiralissime gascon »
de Jean Philippe Zanco
200 pages
Éditions Gascogne
15 euros.

[1] La région fut par exemple à l’origine de nombreux chevaliers de Malte.

Advertisements


Catégories :Bibliothèque, Classiques

Tags:, , , , , ,

1 réponse

  1. Merci pour cette critique, que je m’empresse de relayer ! J.h. Zanco

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :